gilet dandelion, gilet d'automne

Depuis quelques mois maintenant, je fais des infidélités à la couture. Et tout cela à cause des podcats. A force de voir sur Instagram ce mot à tout bout de champ, moi inculte en informatique et vocabulaire assimilé, j'ai fini par demander à Chaton (son métier : informaticien ).

Du coup , après explication et démonstration, je me suis gavée de podcats tout en préparant des patrons couture pour la découpe. Et forcément je suis tombée sur ceux de Lise Tailor et de Coralie de  Cocotte knits. Et la première parle de couture mais aussi de tricot. Ainsi que la deuxième. J'ai donc été plutôt surprise de ne presque rien comprendre à ce qu'elles racontaient, moi qui tricote depuis ma plus tendre enfance. J'ai donc découvert le tricot en aiguilles circulaires, des mots barbares, comme fingering, Dk, rangs raccourcis. Du coup moi que me targuait d'en connaitre un rayon sur le sujet, je me suis dit : tais toi et écoute!!!. Ce que j'ai fait... Et v'la qu'un nouveau monde s'est ouvert à moi. Et ça tombait bien car depuis des années je n'ai plus rempli ma garde-robe de pulls home-made étant été très refroidie par une vilaine tendinite à chaque main. (D'où mon addiction à la coutï

J'ai donc repris le chemin des aiguilles pour savoir de quoi parlait Lise et consoeurs (et confrères aussi). Donc en ce moment je tricote beaucoup devant les vidéos youtube et j'applique ce que je vois.

Naive que je suis, je pensais qu'on ne montait les mailles que de la façon dont ma grand-mère m'avait apprise et pareil pour la façon de tricoter. Je me suis donc mise à monter des mailles en "long-tail-cast-on" et tricoter à la continentale. Par contre si cette méthode est top pour aller plus vite (moi je ne le fais que sur l'endroit car l'envers est compliqué pour moi à l'instar de triple L de Mag), j'ai vite mal au pouce et je tire les fils.

J'ai donc depuis quelques mois quatre pulls pour moi mais que je vous ferai voir lorsque cela sera plus de saison...

Et pendant que je découvre le tricot moderne, je découvre ravelry (quand même inscrite depuis 2014!), plateforme mondiale du partage du tricot, les KAL (je n'en ai encore fait aucun), les blogeuses et podcasteurs et les tests tricot.

Tout cela pour vous dire que lors de ma navigation quotidienne sur Instagram, j'ai vu l'appel au test d'Anna du célèbre blog Along avec Anna (autrefois le fil à coudre d'Anna). Aussi je me suis présentée sur son groupe de discussion ravelry et elle a bien voulu de mes aiguilles pour la taille 8 ans.

Donc après échantillon, j'ai démarré sur avec les aiguilles n°4  et dès le départ, je me suis retrouvée avec une façon de monter les mailles que j'ignorais : Le long-tail-cast on !! . D'ailleurs, mis à part ma façon à moi, je n'en connaissais pas d'autres. Mais très bien. J'adore apprendre !! Et après ma remarque sur le sujet, Anna a mis un lien vers une vidéo explicative. Pour ma part j'en ai trouvé une autre de Wool and the gang .

Pour la laine, je suis aussi dans la découverte. Auparavant, j'ai beaucoup tricoté avec de la Bergère de France, laine avec laquelle ma mamy et aussi ma maman m'ont appris à tricoter. Et ma mère préférant l'acrylique pour un confort de lavage, j'ai donc naturellement usé mes aiguilles droites sur ce type de laine. Et sur les podcasts de Lise et Coralie, j'ai découvert la laine naturelle (avec encore plein de vocabulaire inconnu). Mais on s'y met vite, surtout quand on avale chaque jour moult vidéos. Et puis de la laine naturelle, découle aussi la teinture de la laine naturelle vierge. Il est vrai que la laine naturelle non industrielle a un certain prix qui pourrait décourager, surtout quand on a connu les laines acryliques pas chères. Et ayant été dans la peinture dans une autre vie, j'ai voulu tenter l'expérience. J'ai donc fait un premier stock de laine Mérino Bio trouvé chez Lily neige.  J'ai adoré patouiller dans la teinture (après avoir visionné au préalable, les vidéos de Bibounettte). J'ai donc teint de la laine Dk en 100% merino bio. Pour ce pull, je suis donc partie de 3 pelotes de 225 m et 100g chacune. En pensant en avoir assez pour finir ce gilet...

Pour le montage du cardigan qui est en bottom-up (du bas vers le haut), j'ai commencé par le corps. Mais après quelques remarques de mes co-testeuses, on commence désormais par les manches. Mais pour ma part, cela ne m'a pas perturbée. Le point pissenlit n'est pas compliqué en soi et avec la vidéo mis en lien par Anna, on le fait facilement... sauf que j'ai défais après quelques répétitions car je trouvais que le pétale du milieu ne ressortait pas assez. J'en ai fait part à Anna, qui m'a dit qu'elle avait eu le même soucis et qu'il fallait bien suivre le point sur l'envers. Et effectivement en allant trop vite et avec excès de confiance, je n'avais pas pris les mailles ensembles dans l'ordre. Avoir recommencé depuis le début, m'a permis de résoudre cette petite erreur. Pour le reste du gilet pas de soucis du tout... sauf qu'à 13 augmentations des emmanchures, je me suis aperçue que je n'aurai pas assez de laine pour finir l'encolure et faire les bordures.

J'avoue que j'ai été un peu décontenancée sur le moment. Devais-je défaire? A l'essayage, il allait bien à ma puce, cela m'embêtait. J'ai pensé aussi à faire la fin en contrast mais j'avais peur que cela ne change l'ensemble du modèle. Après une nuit de repos, je me suis dit que j'allais recommander des écheveaux non teints (surtout que chez Lily neige, ils sont très réactifs et deux jours après, je les avais). Dans mon idée, je n'allais pas réessayer de faire la même couleur qu'au début mais plutôt tricoter à la suite et surteindre l'ensemble du gilet.

Le résultat n'est franchement pas ce que j'attendais. J'ai pourtant essayé de bien diluer la teinture dans l'eau tiède et de bien mélanger mais pour la première teinte je me suis retrouvée avec des tâches de couleurs différentes. Ne trouvant pas cela top, j'ai renchaîné directement sur une deuxième teinte avec du bleu violet (en essayant toujours de bien diluer la poudre). J'ai aussi essayé de mettre mon pull bien à plat mais je ne suis visiblement pas douée. Swana n'étant pas trop difficile, m'a rassuré d'un : "c'est pas mal" !! puis d'un "on dirait la couleur de la petite sirène" . Et finalement, il s'accorde avec beaucoup de vêtements de sa garde-robe.

Pour conclure, je suis heureuse d'avoir repris le tricot. Par contre, je suis très à l'écoute de mes mains et si je mets autant de temps à tricoter, c'est surtout pour les préserver. Je ne ferai que cela sinon. J'ai déjà fait et j'ai dû être "punie" de tricot pendant un an.

Donc pour les couturières qui me suivent, la couture est toujours présente et j'ai beaucoup cousu depuis juin. Mais je n'ai pas beaucoup bloggé.

Pour ce joli test qui j'espère ne sera pas le dernier, je suis ravie, car j'ai appris de nouvelles choses. Et Anna est très réactive, à l'écoute et adorable. Cela ne m'étonne pas qu'elle ait autant de succès. Allez vite faire un tour sur son blog ou allez écouter ses podcats.

Je pense refaire ce mignon gilet pour ma petite nièce pour l'hiver et cela va avancer sûrement beaucoup plus vite.

Et puis je pense aussi me lancer dans les podcasts à mon tour. Sur un blog, on garde des traces de ce que l'on fait mais de qui on est et ce qu'on veut laisser entrevoir dans ses créations, je trouve que cela transparait plus à la caméra. En attendant de voir si je saute le pas, je vais faire des essais avec mon HOmme.

Voici donc ma version test du cardigan dandelion

 

DSC07266

DSC07274

DSC07276

DSC07281

DSC07338

DSC07342

DSC07343

DSC07344

DSC07347

DSC07348

DSC07350

DSC07352

DSC07354

 

Les babioles de Fannyboop


Premier pull en aiguilles circulaires

Une éternité que je n'avais tricoté... Il a fallut un déménagement et donc des cartons et reclure mes deux MACS adorées, pour reprendre les aiguilles. Je ne peux concevoir que mes menottes restent à rien faire pendant que je regarde la télé ou écoute la musique. Et avec des aiguilles différentes de celles avec lesquelles j'ai appris à tricoter avec ma grand-mère. Des circulaires. Au début, quand j'ai vu cela sur pinterest ou IG, c'était pour faire des chaussettes. Mais j'ai vu aussi que beaucoup de pulls (sur IG toujours et sur Ravelry, étaient faits en aiguilles circulaires ). Et à en croire les commentaires enthousiastes des gens qui ont changé de cap, il fallait que je tente ! Parce ce qu'il en ressort à chaque fois, c'est que l'on fait le pull tout d'une traite sans couture des épaules, côtés et col. C'est comme pour la banane, on commence à un bout et on finit par l'autre (enfin presque car là il y a aussi les manches ;) !! ), mais vous voyez l'idée !

Donc j'ai lu certaines explications sur des modèles gratuits pour bien visualiser comment faire. Et une fois l'idée comprise (soit en top down -du haut vers le bas- ou en down-top -du bas vers le haut-), je me suis lancée. J'ai cherché d'abord un modèle enfant en down top (mais ce ne doit pas être la méthode préférée des tricoteuses chevronnées et averties, car je n'en ai pas trouvé). Alors j'ai pris un sweat à Swana, j'ai mesuré et calculé en fonction d'un échantillon, le nombre de mailles et de rangs (afin de voir avec la barisienne de bergère de france, laine utilisée ici). J'ai pris les mesures du tour du corps, celles de la hauteur bas -emmanchures et emmanchures col, puis la longueur des manches. Et ensuite vaille que vaille.

Niveau couleur, ce n'est pas très girly ce vert, mais comme c'était un essai, je ne voulais pas investir alors que j'avais plein de pelotes à écouler. Et pour que la miss ait quand même envie de le mettre, j'ai rajouté des rayures en jacquard écrues et fluo (que j'avais aussi en stock). Pour un premier pull avec cette méthode là, je m'en suis pas mal sortie je trouve. J'ai fait des emmanchures raglans que j'affectionne toujours autant. Le plus difficile pour moi, ce sont quand même ces maths et règles en croix pour calculer les diminutions selon la longueur emmanchures col et emmanchures manches. Mais là le dieu (ou Mojo)  des maths a dû m'entendre car le tombé n'est pas trop mal.

Par contre il ne faut pas regarder de trop près car autant tricoter un nombre conséquent de mailles sur l'aiguille circulaire n'a pas été trop difficile, autant en tricoter peu  n'a pas été évident au début. Et resserer les mailles avec la méthode des oreilles n'a pas été aisée. Je me retrouve avec des mailles lâches. J'ai lu plus tard que placer les diminutiions au milieu et au dessous aurait été plus judicieux. (Ce que je fais avec mes tricots du moment).

J'ai eu aussi peur que ce pull ne reste sur son porte-manteau caché parmi ce que la miss camoufle quand elle n'aime pas, mais elle le sort régulièrement avec une jupe rose fushia (sur les photos) et aussi avec son jogging rose (qu'elle affectionne particulièrement mais pas moi pffff) les jours de sport. A déduire qu'il a une place particulière pour un pull "essai".

Nous avons profité du passage de son grand frère chez le coiffeur, pour faire le shooting près de l'étang d'à côté, dans notre ancien village de Beaurepaire en Vendée.

DSC05577

La demoiselle et le cygne de l'étang qui attendait qu'on le nourrisse

DSC05602

DSC05600

DSC05588

DSC05582

DSC05578

DSC05580

Pour ce pull, je n'ai pas de patron ou tuto. Je fais tout au feeling (avec un peu de calcul quand même). Si vous deviez craquer pour le motif du jacquard, je pourrai faire un croquis. Mais je fonctionne comme avec les recettes de cuisine,. Je vois l'ensemble à faire et après je fais au hasard. Et je garde peu de traces de mes réflexions qui se font sur papier volant.

A bientôt

Les babioles de Fannyboop